how to build a site

La carrière de Jean-Jacques Goldman en rétrospective

Passionné dès son enfance, Goldman a déjà commencé à explorer ce monde à 15 ans. C’est armé de sa guitare qu’il se lance dans sa carrière de musicien. Inspiré par le titre Think d’Aretha Franklin, Jean-Jacques Goldman a commencé par intégrer le groupe Red Mountain Gospellers, et c’est ainsi que son périple a débuté. 


Membre d’un groupe amateur pour commencer
Créé en 1966 par un groupe d’étudiants, Red Mountain Gospellers est le premier qui l’a accueilli. Ayant fait son premier succès dans l’église St Joseph de Montrouge, il a été poussé par la paroisse pour sa première production. En parallèle, Jean-Jacques Goldman a joué dans plusieurs autres groupes. Son premier groupe officiel a été composé de deux autres membres de Red Mountain Gospellers et a été nommé Gibson Brothers. Celui-ci a frappé fort pendant les années 79 et 80. Il a donc poursuivi ses études en même temps que sa carrière de musicien.


Une passion cultivée au cours de ses nombreux voyages
Par ces voyages au cours duquel il a passé entre autres par la Turquie et la Suède, de nouvelles rencontres ont été nées. Ainsi, son inspiration s’est nourri de ces nouvelles aventures. D’ailleurs, c’est grâce à cette partie de sa vie qu’il a pu rencontrer Taï Phong, un grand groupe vénérant la musique néo-symphonique. L’association des talentueux vénérés à l’issue de cette rencontre a produit des titres en anglais qui ont réussi à toucher le cœur de quelques maisons de disques. Le premier album fut donc sorti en 1975 par le biais de WEA. Après 4 ans de collaboration, les membres de ce groupe ont chacun volé de leurs propres ailes.

Sa carrière solo, un grand succès
Touché par les paroles de Léo Ferré, Jean-Jacques Goldman s’est mis, lui aussi, à extérioriser ses sentiments et son point de vue par des textes en français. « Il suffira d’un signe » a été son premier titre marquant. Bien que très satisfaisante, la chanson n’a pas eu de suite avantageuse pour sa part. Jusque-là, il a surtout dévoilé son talent d’auteur-compositeur. Mais peu après sa première composition célèbre, il a commencé à se lancer dans la carrière de chanteur. C’est ainsi que son contrat avec CBS fût signé. Grâce à cette initiative, son premier album a été mis au point en 1981. Quoiqu’un peu démodées, les chansons qui composent cet album lui ont permis d’imposer son style qui, jusqu’à maintenant, demeure incontestable. Depuis la sortie de son deuxième album en 1982, son style n’a fait qu’accaparer plus d’importance dans le monde musical. C’est à cette époque que « Quand la musique est bonne » ne pouvait plus quitter la bouche du public. Ensuite, il y a eu d’autres créations qui ont décollé très facilement à tel point que Jean-Jacques Goldman se retrouve dans tous les outils médiatiques à partir de l’année 1986. Outre sa place en tant que chanteur, il a vite repris sa réputation en tant que compositeur. A cet égard, un grand nombre de titres de Johnny Hallyday a réussi d’une part grâce à sa voix d’or mais surtout des textes impeccables de Jean-Jacques.